Week%203_foto_1_blog%2010_duurzaamheid_1176x800.jpg
Blog/L’impact direct des matériaux écologiques certifiés sur les labels écologiques
Temps de lecture 4 min

L’impact direct des matériaux écologiques certifiés sur les labels écologiques


Comme nous l’avons déjà expliquédans un blog précédent, l’utilisation de matériaux écologiques contribue grandement à la construction durable. Ce n’est pas pour rien que les fabricants de matériaux de construction investissent de plus en plus dans l’acquisition de certificats de matériaux – comme le certificat Cradle to Cradle – pour leurs produits. Mais la manière dont un matériau certifié contribue à la construction durable peut varier : son impact peut en effet être direct ou indirect. Dans ce blog, nous souhaitons expliquer cette différence.

L’impact direct des matériaux écologiques certifiés sur les labels écologiques
Lorsqu’un fabricant prend la peine d’obtenir des labels écologiques, il est clair que ce dernier fait preuve d’un engagement profond en faveur d’une construction durable. Les matériaux écologiques certifiés, comme les produits Cradle to Cradle, ont dans certains cas une influence directe sur l’obtention d’un tel label. Lorsque vous utilisez des matériaux écologiques certifiés, les systèmes de certification pour bâtiments écologiques, tels que DGNB et LEED, vous donnent par exemple la possibilité de gagner directement des points en vue de l’obtention d’un label écologique. Lisez ce libre blanc pour en savoir plus.

Lors de la sélection de leurs matériaux, les architectes ont donc tout intérêt à étudier les propriétés durables de leurs matériaux et à vérifier s’ils sont certifiés. 

Mais qu’en est-il lorsque des matériaux certifiés ne contribuent pas directement à l’obtention d’un label écologique ? Les matériaux écologiques sont-ils moins importants si vous avez recours à un système de certification pour bâtiments écologiques qui ne fournit pas directement de points pour l’utilisation de matériaux certifiés ? Fort heureusement, il n’en est pas ainsi. C’est même tout le contraire. 

Matériaux de construction durables dans le label écologique DGNB
L'utilisation de produits certifiés contribue aussi de manière indirecte à l’acquisition d’un label écologique. Voici comment cela fonctionne...Les fabricants de matériaux doivent déployer des efforts considérables pour développer des produits susceptibles d’obtenir un certificat, par exemple le certificat Cradle to Cradle. Ces efforts se traduisent par l’application de processus de production qui minimisent de manière significative l’impact environnemental lié au développement d’un matériau. 

L’effet de ces efforts est mesuré dans une analyse du cycle de vie (ACV), qui calcule l’impact négatif du produit sur l’environnement, par exemple l’empreinte carbone, l’appauvrissement de la couche d'ozone et trois ou quatre autres effets encore. 

Prenons les carreaux de Mosa en tant qu’exemple : quelle est l’empreinte carbone liée à l’extraction de l'argile, au transport des matières premières vers l’usine, à la production des carreaux, au transport de ces carreaux vers le site de projet, à la pose de ces carreaux, à leur nettoyage pendant leur utilisation et enfin à la démolition de ces carreaux ? 

Les chiffres issus de ce genre d’analyses sont repris dans une déclaration environnementale de produit (EDP). Ces chiffres sont en outre souvent utilisés dans des bases de données pour matériaux durables, comme le navigateur DGNB, les bases de données des organisations suédoises BVB, Sundahus et Basta, ou la base de données environnementales néerlandaise Nationale Milieudatabase.

Dans le cas des matériaux de construction et de leur contribution à l’obtention de labels écologiques, tout tourne autour des coûts. En l’occurrence les coûts générés par l’impact négatif d’une unité de produits sur l’environnement, également appelés « coûts virtuels » dans certains systèmes. Les chiffres générés montrent que ces coûts sont nettement moins élevés pour les matériaux de construction durables que pour les matériaux de construction qui ne sont pas durables.

Donc même si dans le cas de certains systèmes de certification pour bâtiments écologiques, comme BREEAM, l’utilisation de matériaux certifiés ne donne pas directement droit à des points en vue de l’obtention d’un label écologique, ces matériaux contribuent quand même indirectement à l’obtention d’un tel label. 

Comment ? Tout simplement parce qu’ils sont utilisés. Le fait que dans un bâtiment, un matériau soit utilisé dont l’impact sur l’environnement est le plus petit possible, suffit pour justifier de sa contribution à un label écologique. 

Dans la majorité des cas, lors de l’utilisation de matériaux certifiés, les systèmes de certification pour bâtiments écologiques attribuent toutefois directement des points en vue de l’obtention d’un label écologique. Pour en savoir plus sur les labels écologiques, consultez notre livre blanc sur le sujet.

Le livre blanc vous informe sur l’importance et les applications des labels écologiques. Téléchargez ici une copie gratuite du livre blanc. 


 


 

Green building labels
Green building labels